DECLARATION DE LA CFE-CGC au CE du 18 mars 2014

 

Spleen à TDF !
mais « Que fait la police ? »

M. le Président,

Et si je vous dis :

« Ce que je sens, c’est un immense découragement, une sensation d’isolement insupportable, une peur perpétuelle d’un malheur vague, une défiance complète de nos forces, une absence totale du désir, une impossibilité de trouver un amusement quelconque.*»

Que me répondrez-vous ?…

Pour la CFE-CGE, nous reprenons volontairement quelques extraits des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire pour exprimer les sentiments de découragement, d’isolement et d’angoisse qui habitent l’esprit de la plupart de salariés de TDF. Le coeur n’y est plus ! et c’est un vrai risque pour notre réussite, pas moins important que les risques économiques et financiers auxquels vous êtes tant attachés.

Il nous paraît urgent de redonner du sens à l’action des salariés et de faire émerger un projet d’entreprise plus respectueux de l’humain, porteur d’adhésion tant pour les personnels que pour les clients.

Votre discours officiel « OUI pour le moment tout va bien, MAIS l’avenir est sombre » que vous nous resservez régulièrement en CE, n’est pas étranger à la situation actuelle. Votre politique salariale n’aide pas non plus à donner du coeur à l’ouvrage : nos résultats sont et seront en ligne à la plus grande satisfaction de nos actionnaires – les salariés qui sont les premiers artisans de cette réussite, n’en reçoivent pas la moindre reconnaissance sur leur bulletin de salaire.

Nous ne nous faisons aucune illusion sur la NAO 2014. Aurions –nous tort ?

Et puis, il y a l’EXIT qui n’en finit plus… qui mobilise plus que de raison bon nombre de nos forces internes et bien au-delà du calendrier que vous nous aviez annoncé…

Sans doute allez-vous nous annoncer aujourd’hui un closing pour l’été 2014, ce qui vous laissera encore 3 mois de marge entre juin et septembre…L’incertitude qui pèse sur ce dossier et notamment son échéance calendaire, nuit gravement à la bonne marche de notre entreprise et lui interdit de se projeter dans l’avenir. Aujourd’hui, la consigne est clairement de mettre un couvercle sur les aspects sociaux de l’entreprise en attendant que la vente soit effective. C’est déjà suffisamment compliqué ! Les salariés en doivent-ils, une nouvelle fois de plus, en faire les frais, eux qui voient, au quotidien, leur qualité de vie au travail se détériorer ?« Finalement, si ça doit coûter 1 ou 2 « burn out », c’est jouable ! Des effets collatéraux négligeables au regard des enjeux ! »

Aujourd’hui, les seuls moments de plaisir partagé entre les équipes, ce sont les pots de départ… et ils sont nombreux… Quid des vrais moments de convivialité partagés à l’occasion de la nouvelle année, des séminaires de direction ou de division et des réunions d’équipe. Quand ils existent encore, ce ne sont qu’une succession de « discours policés », d’analyses d’indicateurs divers et variés (et il y en a toujours des nouveaux !), de « Workshop » et autres séances de « brainstorming », gains de productivité obligent… Il y a bien sûr les webconférences » telle que celle que vous organiserez ce jour pour tenir informés les « Happy Few » du déroulement de cette instance. Pas sûr que vous y soyez présent et que vous ne déléguerez pas, une nouvelle fois, cette corvée à d’autres…et, comme d’habitude, ce sera une communication expédiée et à sens unique, pas ou peu de questions, peu d’échanges… Avez-vous songé un jour à demander anonymement aux « Happy Few » ce qu’ils en pensaient vraiment de votre « Webbex » ?

Monsieur le Président, où en est le sentiment d’appartenance à la même société, à la même direction, à la même équipe ?…

Tous les points évoqués précédemment font qu’aujourd’hui, les trentenaires ont bien senti le vent tourner et que ce n’est pas au sein de TDF qu’ils feront carrière. Ils commencent à quitter le navire en allant revendre ailleurs la formation et l’expérience acquise. D’ici là, ils se font diligents et discrets.

Les quadras, eux aussi, ont réactualisé leur CV et réactivé leurs réseaux… Viadéo, Linkedin, Xing et autres, sans oublier le référencement dans les cabinets de recrutement… L’année 2015 avec le redémarrage de l’économie devrait leur offrirde nouvelles opportunités. Pour certains, plus calculateurs, la pyramide des âges au sein de TDF devrait libérer quelques « bonnes » places à court terme… patience…et d’ici là, pour les quadras : « je me fonds dans le décor » façon caméléon « j’ai une famille à faire vivre » et « tant pis si je dois ravaler ma salive et prendre quelques médocs pour trouver le sommeil ».

Les quinqua, eux aussi, ils ont une famille à faire vivre… Ce sont les plus mal lotis car pris dans la nasse. Ils décomptent les trimestres en évitant la faute. Ils sont particulièrement prudents – instinct de conservation oblige – et craintifs car ils constituent la cible privilégiée des managers en recherche de réduction de personnel: «licenciement non économique », rupture conventionnelle et pire si non affinités… les dispositifs proposés dans le cadre de l’accord générations – que nous n’avons pas signé – ne rencontrent visiblement pas l’engouement espéré – nous l’avions bien dit…

La belle armée que voilà Monsieur le Président !

Pour reprendre une nouvelle fois Charles Baudelaire : « Malheur à celui qui ne désire plus, il a perdu tout sens à son existence ».

Monsieur le Président, il est urgent de redonner du sens à l’entreprise et de la motivation à vos salariés, hommes et femmes, agents de maîtrise, techniciens et cadres.

A la CFE-CGC, nous sommes convaincus que TDF aura d’autant plus de chances de réussir dans un environnement économique difficile que nous aiderons chacun à faire face au stress et que la qualité de vie au travail constitue un vrai levier de création de valeur qui, de surcroît, entraîne une amélioration de la qualité donc de la productivité, constitue un argument de vente pour les clients éclairés et fait entrer l’entreprise dans un cercle vertueux. Une argumentation qui ne devrait pas laisser indifférent nos très chers actionnaires, à moins qu’ils ne soient atteints de surdité.

Je vous rappelle, enfin, que le chef d’entreprise a une obligation générale de préservation de la santé non seulement physique mais également mentale des salariés de son entreprise, qui est renforcée par une obligation spéciale de prévention du harcèlement.

Tract CE du 18 mars 2014 V2

About

View all posts by