DECLARATION AU CE DU 02 JUILLET 2014

Devoir de vérité…
Devoirs de vacances…

Monsieur le Président,
Pour la CFE-CGC, le capital humain est la première richesse de l’entreprise sans laquelle
rien ne peut être entrepris et réussi.
Nous vous interpelons, une nouvelle fois, sur la situation de l’emploi au sein de
TDF.
Aujourd’hui, les derniers projets de réorganisation sont tous annoncés à effectif constant
et sans modification sensible de localisation géographique des postes.
Personne n’est dupe, à commencer par les salariés.
La baisse des effectifs est clairement programmée et budgétée annuellement avec les
moyens financiers correspondants. Que celles et ceux qui avaient encore des doutes se
reportent aux résultats de l’exercice au 31 mars 2014. Les indemnités de licenciements et
transactions présentent une augmentation de 90% par rapport aux résultats de l’année
précédente. Ce poste « indemnités de licenciements et transactions » a été multiplié par
7,2 en deux ans.
Nous avons également tous en tête les risques qui pèsent sur le contrat PROMA à
échéance de fin 2015, ainsi que les incertitudes qui planent sur le marché des télécoms
en pleine recomposition.
Nous ne sommes pas, non plus, sans savoir que les baux actuels, notamment en Ile-de-
France, viennent à échéance à moyen terme et que les « petites » équipes en régions
seront soumises, tôt ou tard, à un regroupement avec des sites plus importants, voire à
l’attraction irrésistible de l’Ile-de-France. Là encore les impacts sur les emplois ne seront
pas neutres.
Nous estimons qu’il est plus que temps de partager avec cette instance ainsi qu’avec les
salariés votre projet d’entreprise à une échéance de trois ans prenant en considération
ces différents paramètres : un projet d’entreprise que nous souhaitons plus
respectueux de l’humain et porteur d’adhésion tant pour les personnels que pour
les clients.

Nous vous demandons donc de stopper la langue de bois, et au regard d’un objectif fixé
et partagé, de mettre en place les moyens nécessaires à l’évolution de l’entreprise et à la
sauvegarde des emplois.
Nous vous avons rappelé que nous étions favorables à la négociation d’un accord GPEC
(Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences) digne de ce nom, sous
réserve de privilégier au maximum le reclassement en interne à TDF pour les métiers
en déclin.
Les salariés n’en peuvent plus des diverses restructurations passées et actuelles qui
permettent à l’entreprise de supprimer des emplois sans trop de contrainte. Par contre,
pour les salariés, ces restructurations sont presque toujours subies. Il est primordial pour
un salarié de pouvoir se projeter à minima, que ce soit à titre professionnel ou personnel.
L’absence de perspective ne peut avoir que des conséquences personnelles et
collectives désastreuses.
La CGC préfère prévenir que guérir.
Nous espérons que vous mettrez à profit cette période estivale pour vous atteler, avec le
concours de vos proches collaborateurs, à ces devoirs de vacances.
En tout état de cause, nous ne manquerons pas de vous interpeler à la rentrée sur ces
dits devoirs et sur votre devoir de vérité.

Nous en terminons en reprenant Jacques Delors
« La chance aide parfois
Le courage souvent
La quête de la vérité, toujours »
Bonnes vacances Monsieur le Président !

CE DU 02072014

 

La priorité de la CFE-CGC est de réconcilier
l’entreprise et les salariés.

Declaration CE 02072014

About

View all posts by