Déclaration au CE du 15 Décembre 2015 : Le Réveil de la Force

Nous voici donc réunis pour ce dernier comité d’entreprise de 2015, ce jour, 17 Décembre où depuis 24 heures, le blockbuster StarWars a déferlé sur nos écrans cinématographiques. Son titre : le Réveil de la Force, in english adapté pour nous « The D Force Awakens ».

A l’ordre du jour, 2 sujets que nous n’opposerons pas telles les forces lumineuses du plan de formation 2016 contre les forces obscures de la réorganisation de la Direction des Opérations. Il n’est en effet pas question de forcer le trait, mais plutôt de s’assurer que les forces vives de TDF puissent se projeter dans un avenir que l’on souhaite radieux.

Analysons donc, en retirant les axes obligatoires d’hygiène et sécurité, la force de frappe de notre dispositif de formation proposé en 2016 qui se décline en 3 priorités énoncées dans l’accord GPEC :

  • Accompagner l’évolution et l’adaptation de l’entreprise à son environnement sur le plan humain :
    • En mettant en place des formations destinées à faciliter les mobilités des salariés,
    •  En renforçant les compétences du management à la gestion des évolutions.

C’est un tour de force de s’assurer que cette première action sera bien menée quand en parallèle est déployée force de moyens pour nos managers qui se voient attribuer 15% des jours de formation prévus. Ont-ils tant besoin d’être renforcés dans le domaine ?

  • Accompagner les enjeux business, autrement dit nos forces de vente. Sont-ils à bout de forces pour n’avoir été qu’un sur deux à mener leur entretien de développement à la DAV et deux sur trois à la DTS ? Croit-on réellement à notre potentiel commercial quand seulement 4% des jours de formation leur seront proposés ?
  • Mettre en œuvre la vision de bout en bout :
    • Par le développement des compétences de gestion de projet (1,5% du volume de jours) et de gestion de la sous-traitance (magnifique 2%). Ainsi, à forcer le destin tu devras, car peu de moyens de formation on te donnera.
    • Par un dispositif important de formations techniques (57 % du volume de jours) : Force est de constater que les directions techniques de l’Industrie ont bien remonté leurs besoins et nous souhaitons forcément que chacun puisse bénéficier de dispositifs asseyant et développant nos savoir-faire technologiques.
    • Par la maîtrise de nos outils métier : 9% des jours de formation y sont dédiés, ce qui n’est pas rien ! Doit-on y voir le reflet d’une complexité de fonctionnement ou la recherche de gains de productivité ?

Le plan de formation est donc contrasté quand on l’analyse avec force détails. Combien de nous serons des padawan (stagiaires) cette année ? Qui ne l’a pas été depuis longtemps ? Nous n’en savons rien … Ce qui est certain, c’est que TDF appuie son dispositif de formation sur quelques Maitres Jedi qui dispenseront 45 % du volume de formation réalisé en interne et 16% en compagnonnage. Espérons alors que ces forces vives, potentiellement dans la force de l’âge, ne choisissent pas la voie d’un CFC à ne pas confondre au passage avec le Cost Force Control ou encore ce terme merveilleusement français de Direction du Piloting et du Contrôlage. Avec leur départ potentiel en effet, la lumière du dispositif de formation s’éteindrait rapidement. A force de crier au loup sur la nécessité du transfert des compétences, nous espérons un jour être entendus. Pourrait-on même suggérer l’idée d’une Task Force « Transfert de compétences » ?…

Du côté de la réorganisation des DO, nous sommes obligés d’intégrer un cas de force majeure qui est l’arrêt du contrat de maintenance SFR avec ses impacts sur nos troupes de maintenance. Diminution inexorable des effectifs au gré des notes de présentation aux instances et projection officielle à fin 2016 d’une nouvelle diminution de 38 ETP, sauf si vous souhaitez vous initier à la force basque qui recrute dans le Sud-Ouest . Et en 2017 ?
Que faire pour forcer ce destin pessimiste ? Nous proposons 3 pistes de réflexion sur lesquelles nous serons particulièrement vigilants :

  • La montée en compétence de nos techniciens dans des domaines jusqu’alors inexpérimentés par le biais de cursus de professionnalisation (déséquilibre des savoir-faire dans certaines équipes).
  • La fluidité du fonctionnement quand la maintenance dépend d’une région et toutes les autres fonctions opérationnelles (ingénierie, GDR, RPS ou RDDSSE) dépendent d’une autre
  • Les moyens nécessaires à la création de nouveaux collectifs d’équipes en assistant les REO à effectif important (jusqu’à 29 équipiers !) notamment au début et en permettant à chaque technicien de trouver sa place et sa légitimité, d’acquérir ou développer un savoir-faire pour mener à bien les missions confiées.

En bref et, pour tous les TDFiens qui investissent leur énergie dans cette belle galaxie, QUE LA FORCE SOIT AVEC NOUS !

About

View all posts by