Projet immobilier IdF

La dernière séance de négociation relative aux mesures d’accompagnement des salariés de TDF dans le cadre du projet immobilier IDF s’est tenue le 9 mars dernier.

Cet accord se décline en 4 types de mesures : mesures liées au transport, mesures d’accompagnement en cas de changement familial ou de célibat géographique, mesures d’accompagnement individuel et mesures sur l’organisation du travail. Les trois premières sont limitées dans le temps pour une durée maximale de 24 mois, contrairement aux mesures sur l’organisation du travail qui s’appliquent sans limitation de durée.

Revenons sur certaines dispositions prévues.

1. Prime d’accroissement du temps de trajet

L’accord comprend des primes d’accroissement du temps de trajet. Ces dernières, au choix du salarié, feront l’objet soit d’un versement unique, soit d’un versement sur 24 mois.
Ainsi, pour un accroissement par trajet simple :
· de 15 à 30 mn: soit 1.700 € bruts, soit 71€ bruts/mois ;
· de 30 à 45 mn: soit 2.600 € bruts, soit 108 € bruts/mois ;
· de plus de 45 mn: soit 3.500 € bruts, soit 146 € bruts/mois ;
· pour un accroissement supérieur à 15 mn par trajet simple et un temps de trajet supérieur ou égal à 2h30 par jour : 3.500 € bruts, soit 146 € bruts/mois.

2. Prime exceptionnelle pour les seuls salariés de Saint Quentin en Yvelines

Une prime exceptionnelle de 1500€ bruts sera versée aux seuls salariés de Saint Quentin qui déménagent soit sur Romainville, soit sur Montrouge.

3. Utilisation des transports en commun

La prise en charge des frais de transports en commun est prévue pour tous les salariés d’Ile-de-France pendant 24 mois sur la base 100% les deux premières années. Cela concerne les forfaits Navigo mais également les abonnements concernant les zones limitrophes Ile-de-France ainsi que Vélib. Cette prise en charge peut se cumuler avec la prime d’accroissement du temps de trajet. Nous saluons l’encouragement des salariés de TDF à utiliser les transports en commun.

4. Frais de parking – en cas d’accroissement du temps de trajet et si le salarié a un temps de transport aller-retour supérieur ou égal à 2h30 par jour

Le salarié se rendant avec son véhicule personnel à une gare pour prendre les transports en commun, pourra bénéficier d’une prise en charge à hauteur de 50% des frais de parking de la gare, pendant 24 mois et sur production des justificatifs.

5. Célibat géographique – en cas de temps de trajet A/R égal ou supérieur à 2h30 par jour.

Concernant le célibat géographique transitoire avant déménagement et sur une durée maximale de 9 mois, la participation de TDF aux frais d’hébergement et de repas est fixée à hauteur de 390€ TTC par semaine pour 3 nuitées et repas. Si le salarié ne souhaite pas déménager, la prise en charge correspond à 1 nuitée par semaine soit 130 €TTC pendant 24 mois selon le barème des frais de mission applicable.

6. Services à la personne – Chèque Emploi Service Universel

En cas d’accroissement du temps de trajet lié au déménagement et si le salarié a un temps de trajet A/R quotidien de plus d’une heure, TDF prend en charge 10€ par CESU d’une valeur de 20€, dans la limite de 110 chèques par salarié par an pendant 24 mois.

7. Salariés handicapés

Tous les salariés RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé) bénéficieront de mesures d’accompagnement. Celles et ceux subissant un temps d’accroissement de temps de trajet, percevront une prime du niveau supérieur à celui prévu initialement. Le dernier seuil bénéficiera d’une majoration de 25%. Le signe de bienveillance à l’égard des salariés handicapés franciliens demandé par la CFE-CGC a été entendu.

8. Aménagement des horaires – mesure sans limitation de durée

Nous prenons acte qu’une note de la DRH sera transmise aux managers afin de les sensibiliser à apprécier les horaires d’arrivée et de départ avec souplesse et flexibilité de la part des managers pour les salariés ayant des contraintes personnelles existantes liées au transport.

Que dire ? Nous regrettons de devoir « anticiper », dans cet accord, la réaction de certains managers… Un manager digne de ce nom fait honte à ses pairs à encore jouer en 2016 au garde-chiourme, au contremaître d’usines d’un autre siècle… Les voilà prévenus ! Et nous serons aux côtés des salariés qui seraient l’objet de telles pratiques.

9. Télétravail et/ou Co-working – mesure sans limitation de durée

Les salariés ayant un trajet égal ou supérieur à 2h30 par jour et un accroissement de temps de trajet pourront bénéficier jusqu’à 3 jours de télétravail et/ou co-working par semaine. Cette dernière mesure répond à une véritable attente des salariés et nous nous félicitons de l’ouverture possible à ce troisième jour de télétravail ainsi qu’à sa déclinaison variante, le co-working que nous avions proposé dans le cadre de la renégociation de l’Accord Télétravail.

Nous nous voulons pragmatiques. La CFE-CGC signera donc cet accord, meilleur à prendre qu’un plan d’actions pris unilatéralement et vidé de sa substance. Nous savons pertinemment qu’aucune somme d’argent ne sera de nature à gommer la fatigue qui ne manquera pas de s’accumuler suite aux accroissements des temps de trajet liés aux déménagements décidés par TDF, avec les conséquences non seulement sur la disponibilité de chacun dans sa vie professionnelle et familiale mais également sur la santé des uns et des autres.

About

View all posts by